Trois questions au Pr A.Calender, fondateur de l’association Jardins Art et Soin

Publié le 27.04.2017

Le jardin pour aller mieux ? C’est particulièrement vrai pour les patients atteints de maladies neurologiques. C’est à partir de ce constat que le Pr Alain Calender, Médecin  des Hôpitaux de Lyon, spécialisé  en oncologie et génétique, et par ailleurs propriétaire et passionné de jardin, a eu l’idée de créer Jardins Art et Soin.

 

©Cloître de Crémieu (38)

Le Jardin de Cloître à Crémieu (38)

Dans cet ancien couvent des Visitandines, aujourd’hui transformé en EHPAD, le jardin a été totalement repensé. Organisé autour d’une fontaine centrale, il offre aux 94 résidents de l’établissement des promenades et des activités variées liées à l’art thérapie 

Quel est l’objet de l’association ?

Notre but est de créer, dans des établissements de long ou moyen séjours (hôpitaux psychiatriques, EHPAD…) des Jardins de Soin, adaptés aux besoins des patients et au projet des équipes soignantes. Cela suppose qu’avec chaque établissement, nous ayons une longue phase de préparation, pour définir les objectifs du jardin (déambulation, sérénité, rééducation, atelier…). Et qu’une fois le jardin créé, nous continuions à suivre son évolution, l’usage qui en est fait. Il faut enfin pouvoir mesurer ce qu’il apporte aux patients, aux soignants, mais aussi aux familles des patients.

 

Justement, quels sont les bénéfices pour les établissements ?

C’est un poumon, un espace de respiration, à la fois pour les patients, les soignants, les familles. En fonction des aménagements qu’il contient (espace de jardinage, de rééducation…) il apporte aussi une vraie aide thérapeutique. C’est aussi, souvent, un projet collectif auquel les patients sont associés, ce qui permet de les valoriser et de les impliquer dans la vie de l’établissement. Et c’est enfin l’occasion pour l’établissement de s’ouvrir sur son environnement local et régional : notamment, grâce à nos propriétaires de jardins bénévoles.

 

Comment interviennent ces bénévoles ?

Ils sont 150, partout en France, et possèdent des jardins de toute taille et de tous styles. Ils acceptent d’ouvrir leur jardin au public, le temps d’un week-end ou plus. Cela permet de récolter quelques fonds pour l’association, mais surtout de créer le lien entre eux et les établissements locaux. Le reste de nos financements provient de dons et de mécènes. Notre objectif est de mener des projets de qualité, durables, et adaptés : le jardin de soins d’un établissement pour patients atteints de troubles du spectre autistique n’a rien à voir avec celui d’un EHPAD par exemple. 

C’est pourquoi nous agissons dans la qualité et non dans la quantité, avec 5 Jardins de Soin développés à ce jour, et un rythme d’accompagnement de projets de 1 tous les 2 ans environ.